Return to site

madagascar ou le paradis du kitesurf

Au cours de mon périple à Mayotte, j'ai eu la chance d'aller deux fois à Madagascar dans la baie de Sakalava, fin septembre et début décembre.

Passionnée de kite, c'était l'occasion rêvée d'y aller.

A 1h de Mayotte on atterrit à l'aéroport de Diego Suarez et on file directement sur le spot.

Bon il faut compter presque 1h de taxi brousse dans des chemins qui semblent juste prédestinés aux zébus, mais si si la plage est bien par là et elle se mérite.

J ai logé à Kite Paradise tenu par l'indispensable Mathieu, dans un immense bungalow aux baies vitrées donnant sur le spot.

Pour 50 euros la nuit, avec petit déjeuner extra et complet servi par les adorables Clotilde et Felicia, on se dit qu'il ne vaut pas trop parler de ce bon plan au risque de ne plus avoir de place au prochain voyage!

http://www.kiteparadise-madagascar.co/

Les journées lors du premier voyage (septembre) sont assez similaires. Le vent ne s'arrête jamais, et les conditions sont plutôt fortes.

Environ 30 à 40 noeuds en rafale, donc des sessions plus que sportives pour moi. Pour mon gabarit, j'ai testé des ailes de 4 à 6 m selon les jours.

Le spot est parfait sur marée descendante, du flat, pied partout, ce qui est hyper rassurant dans ces conditions.

J'ai loué le matériel à côté de Kite Paradise, à Kite Alizé. C'est Jérôme le propriétaire des lieux qui m'a conseillé les ailes. J'ai pu donc en tester plusieurs, toutes de la marque Ozone, une belle découverte.

D'être sur le spot, cela permet une vraie progression. Pas de temps perdu dans les transports, une pause à tout moment, le temps de grignoter une crêpe, et hop on y retourne. L'équipe de Kite Alizé est incroyable, ils sont à l'écoute, aident à décoller et à poser les ailes, et donnent des conseils toujours avisés pour progresser.

kitealize@gmail.com

Pour moi c'était régulièrement " saute plus haut, envoie plus! "

Suite à une blessure il y a 2 ans (hernie cervicale justement en kite) j'ai toujours cette appréhension d'envoyer fort au risque de chuter et de me re blesser. Donc j'ai tendance à rester dans ma zone de confort!

Après chaque session, repas chez Béa, dans une paillote de plage.
Béa est la femme de Jérôme, et sur le spot on s'aperçoit que tout le monde se connaît, c'est une vraie famille, un endroit encore préservé des touristes, accueillant et chaleureux.
Les repas chez Béa, servi par l'adorable Rachida, sont tops, 3 plats au minimum avec la possibilité de prendre du poisson ou viande ou végétarien, tout cela pour un tarif défiant toute concurrence. La vie à Mada n'est pas chère pour nous Français. Donc on peut se faire plaisir sur les repas, même si mon repas préféré a été le sandwich à l'oeuf à moins de 5 euros!
Comme on vit au rythme des marées et que je ne kite que rarement en marée haute, les après midi étaient tranquilles, face au spot sur la terrasse, dans des coussins géants, à regarder les autres kite surfeurs, ou encore à bouquiner.
J ai pu tester aussi les massages et franchement quoi de mieux que de se faire masser le dos sur la plage pour se remettre de la session du matin!
Lors du 1er séjour, même si le voyage était davantage axé kite, j'ai eu l'occasion d'aller découvrir les environs. La mer d' Émeraude au Nord est juste LA balade à faire absolument.
Pour y aller, embarquement dans un bateau de pêche à voile et moteur, sur la plage de Ramena. A la sortie du port, une baleine à bosses s'est montrée furtivement. Moment d'hystérie à bord du bateau, tellement on était impressionné de la voir.
Quand on arrive à la mer d'Émeraude on est surtout étonné par la différence de couleurs de l'eau comme si un magicien avait séparé la mer en deux.
Un de mes nouveaux rêves, kiter sur cette mer turquoise.
Le 2ème voyage à Mada (décembre) était plus axé repos car le vent retombe à cette saison.
J'ai profité du light wind pour tester le strapless. Et là ce fut une des meilleures sessions de ma vie! Avoir les pieds libres sur la planche sans straps, c'est comme une vraie impression de liberté.
Et puis en décembre, l'eau est si chaude que le kite en maillot c'est possible. Et là c'est carrément le rêve!
Concernant les balades, celle qui est incontournable reste la randonnée des 3 baies.
La baie de Sakalava, la baie des Dunes et la baie des Pigeons.
Les baies se succèdent les unes après les autres, sable blanc, eau cristalline, roche ressemblant à de la dentelle, travaillée par l'érosion naturelle.
Après plusieurs km de marche sur les plages, chacune étant une invitation à la baignade, on prend un sentier dans la forêt. Faire attention aux panneaux de balisage, on peut très vite se perdre. Il est préférable de faire cette balade en groupe.
La fin de la marche est assez physique, sous la chaleur de décembre, et on est heureux d'apercevoir le village de Ramena.
Avant d'arriver sur la plage il faut s'acquitter de quelques euros de droit de passage à la base Orangea.
Et là c'est la récompense de la journée, le déjeuner dans une gargotte sur le front de mer. Poisson du jour, langouste, légumes variés, on y passe un excellent moment.
Ces deux séjours à Madagascar m'ont permis de visiter une toute petite partie du pays, de faire de belles rencontres et de goûter au doux bonheur. Et bien sûr une envie d'y retourner.
Mada reste une terre encore assez sauvage, et qui réserve encore bien des surprises et de belles découvertes.
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly